Souhaites-tu apprendre le kitesurf mais tu ne sais pas quelle école choisir ?
Je te comprends, je suis passé par là. Et plus le temps passe, plus le choix est complexe car il y a de plus en plus d’écoles et de lieux où le service est offert.

Avant de faire ton choix, je te propose de lire mes réflexions pour te faire une idée plus précise de l’école qui te conviendrait le mieux.

Commençons par ces questions simples : comment te sentirais-tu si tu te retrouvais à apprendre directement en pleine mer, avec du matériel non adapté ou avec un grand nombre d’autres élèves ? Peut-être que c’est ce que tu cherches, peut-être pas. L’important, c’est que ton choix soit rationnel et motivé.
Et je te rappelle que celles-ci ne sont que quelques-unes des questions auxquelles tu dois prêter attention.

N’oubliez pas que les systèmes d’enseignement sont souvent différents d’une école à l’autre car ils sont influencés par les conditions météreologique.
Lesquels sont les meilleurs ? Il n’y a pas de réponse à cette question. Il s’agit de savoir ce qui est le mieux pour toi.

Mais passons aux choses sérieuses !
Avant de prendre une décision, je t’invite à réfléchir aux facteurs suivants :

Recherches-tu l’autonomie ou seulement le ressenti d’une première glisse ?

Sois clair avec toi-même. D’après mon expérience, je sais que tout le monde ne commence pas le kitesurf parce qu’il voudra en faire une activité récurr ente. Certains sont simplement attirés par la beauté du sport et veulent découvrir les sensations (il n’y a rien de mal à cela si c’est ton cas). Dans cette hypothèse, le mieux est de choisir un endroit où les conditions sont plus simples (vent stable, eau plate, peut-être en groupe pour augmenter le plaisir), pour faciliter la réussite et arriver à tirer les premiers bords plus rapidement. Si le temps est ensoleillé, c’est encore mieux.

D’autre part, si tu souhaites être autonome, il serait intéressant de prendre des cours dans des écoles où la situation est plus contraignante, c’est-à-dire des vents irréguliers et des conditions un peu plus extrêmes. L’hétérogénéité augmente tes connaissances, ta perception des dangers et par conséquent te rendra plus autonome.

Il est évident que la deuxième option est moins rapide et que les résultats ne seront peut-être pas visibles immédiatement, mais c’est celle que je recommande.

N’oublie pas que toute chose nécessite du temps pour apprendre. Oublie la logique moderne du « tout, tout de suite ». Être capable de tirer le premier bord ne signifie pas être autonome, sois patient.

Quelles sont tes disponibilités ?

Economique et temps. En effet, il faudrait choisir tes cours en fonction de ces deux variables.
Commençons par le fait que tout le monde n’a pas la possibilité d’apprendre le kite dans des endroits paradisiaques, par exemple. Et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose, car au bout d’un moment il sera confronté à la réalité des conditions plus difficiles de son pays ou spot d’origine. Imagine celui qui apprend le kitesurf en Martinique et se retrouve ensuite à pratiquer à Leucate !

Dans tous les cas, il est très important de chercher une école ou un club de confiance près de chez toi afin d’attaindre l’autonomie en toute sécurité.
Mais que se passe-t-il si l’argent et le temps ne jouent pas en ta faveur ? Voici les trois configurations possibles :

Scuola kite-bilancia-soldi-e-tempo

  • Si tu as plus d’argent et moins de temps libre, l’objectif sera de suivre un cours chaque fois que tu seras disponible et que la situation sera favorable. N’oublie pas que les élèves se plaignent souvent des leçons avec peu de vent, car elles sont frustrantes ou inutiles.

Je ne suis pas de cet avis !

Ce sont les leçons où l’on apprend le plus et où l’on comprend vraiment comment fonctionne une voile de kite. Alors fais confiance à ton moniteur, et ensuite tu réaliseras les effets bénéfiques des leçons « frustrantes ».

  • Si tu as plus de temps libre et moins d’argent, l’objectif est de maximiser ton temps d’enseignement. Je te mets donc en garde contre ces écoles qui ne tiennent pas compte de tes besoins et de tes ressources.
    Pendant la leçon, je te recommande d’écouter attentivement les mesures de sécurité et de donner la priorité à la façon de piloter l’aile. C’est beaucoup plus important de savoir manier l’aile plutôt que de maitriser sa planche.

Mais comment maximiser tes heures d’apprentissage ?

Lorsque tu gères ton aile et tu connais les systèmes de sécurité (le principal risque serait d’être arrogant), tu peux t’exercer dans un endroit sans trop de dangers (vent léger, pas d’immeubles ou d’obstacles sous le vent, etc.). Bien entendu, pour ta sécurité et celle des autres veille à être accompagné d’une personne experimenté.
Parallèlement, je te préconise de faire un accord avec l’école pour bloquer les cours lorsque les conditions sont vraiment bonnes. Cela ne sera pas toujours possible, c’est pourquoi il faut privilégier la basse saison ou la semaine. Les écoles seront plus disposées à répondre à vos exigences et à pourvoir les postes vacants.

  • Si tu manques de temps et d’argent, je ne te cacherai pas le fait que tu es dans la pire des situations.

Mais tout n’est pas perdu.

Le choix de l’école devient encore plus important afin de ne pas gaspiller les quelques ressources à ta disposition.
Tout d’abord, commence chez toi en autodidacte avec la théorie. Si tu lis ce blog, c’est que tu pars du bon pied. Continue à lire, regarde les tutoriels, essaye de bien comprendre le fonctionnement du sport pour minimiser le temps d’apprentissage une fois avec ton moniteur.
Deuxièmement, fuis les écoles qui te poussent à suivre des cours dans des conditions moins optimales et non adaptées à tes besoins.

En plus, afin d’optimiser tes ressources économiques et d’apprentissage, tu dois prendre en compte certains éléments importants, spécifiques à chaque école.

Nombre d’élèves

Le nombre d’élèves dépend de la mentalité, mais surtout de la zone géographique de l’école. Lorsque les déplacements sur place sont longs (il faut un bateau, une camionnette, etc.), il devient impossible de proposer des cours privés / semi-privés. Les cours seront donc organisés en groupes et dureront 4 à 5 heures. Au contraire, si l’école est sur le spot, il est envisageable de prendre une personne à la fois et d’offrir une prestation à l’heure.

Les deux méthodes ont des avantages et des inconvénients, cela dépend toujours de ce que tu recherches et de l’endroit où tu vis.

  • Plus le nombre d’étudiants est élevé, plus tu mettras le sort de ton cours entre les mains des autres participants. Cela me semble anodin, car c’est la même chose pour toute activité que l’on pratique en groupe (voyages, sports, travail, etc.). Si tout le monde suit les instructions du moniteur et tout le monde réussit les exercices, tout ira bien. Sinon, le moniteur se retrouvera à donner la priorité à la sécurité, au détriment de la pédagogie.

D’autre part, le groupe a de nombreux avantages : il aide à dépasser ses limites, il est plus amusant, on est confronté à des problèmes qui n’auraient probablement pas été traités, etc.

  • Si tu prends un cours privé, le moniteur est tout à toi. D’un point de vue pédagogique, tu auras plus d’informations nécessaires à ton évolution, et donc la progression sera plus rapide.

D’autre part, tu ne seras confronté qu’à tes propres difficultés. De plus, dans un cours privé, tu risques le paradoxe d’avoir une présence trop intrusive de l’instructeur. Cela entraîne une diminution importante des repères lorsque l’étudiant est amené à pratiquer seul.

En conclusion, si tu es une personne entreprenante et téméraire, tu peux suivre des cours avec plusieurs étudiants sans aucun problème. Au contraire, si tu as des craintes et que tu as besoin de te sentir plus en confiance (que le moniteur puisse toujours avoir un œil sur toi), un cours avec 4 personnes ou plus ne te satisfera pas pleinement et tu risques d’accentuer tes phobies.
Apprendre avec d’autres étudiants est amusant et stimulant, apprendre en privé est rassurant et plus rapide.

A ce sujet, j’ai eu des avis positifs avec ces deux systèmes. Si tu souhaites en savoir plus, jette un coup d’œil aux écoles où j’ai travaillé. Ce sera le meilleur moyen de se faire une idée.

Conditions météreologiques

Les conditions météorologiques sont différentes d’une école à l’autre, ou plutôt d’un endroit à l’autre. De nombreuses variables à prendre en compte influencent la facilité et l’exhaustivité des informations. Je me penche en particulier sur le vent et le plan d’eau.

  • LE VENT

    La météo n’est pas une science exacte, et il n’est pas toujours facile de bénéficier des conditions idéales.

    Il existe des zones géographiques connues pour son vent stable à certaines saisons, et d’autres où l’on est confronté à un vent plus complexe et moins prévisible.  Dans le second cas, ne sois pas surpris si les cours sont programmés même dans des conditions incertaines. En effet, c’est probable d’être confronté à un vent en rafales très violent, ou au contraire, a un vent si faible que la voile tient à peine dans l’air. Cela fait partie du jeu.

  • LE PLAN D’EAU

    L’état de la mer, de la lagune ou de tout autre endroit où tu pratiques, influence considérablement le plan d’eau et donc ton apprentissage.

    Apprendre dans un lieu où l’eau est calme est certainement plus facile que d’apprendre dans une mer agitée, ou pire dans les vagues. Dans ce dernier cas, non seulement l’équilibre sur la planche ou la nage tractée sera plus compliqué, mais dans certains cas, le shore break rendra certains exercices presque impossibles.

En conclusion, n’oublie pas que dans la vie réelle, tu trouveras toutes sortes de conditions. Pour devenir indépendant certaines leçons avec ces conditions sont intéressantes, voire essentielles.

Simone-kitesurf-Sardaigne-Punta-Trettu
Comment choisir l'école kite-plan d'eau

Eau peu profonde vs pleine eau

Il s’agit de deux manières différentes d’enseigner qui correspond à des profils différents. Laisse-moi énumérer brièvement les avantages et les inconvénients de ces deux méthodes :

  • En eau peu profonde, l’élève a tout d’abord une sécurité émotionnelle, c’est-à-dire une plus grande sérénité car le moniteur est à proximité et il peut toucher le fond dans presque toutes les circonstances. Pour de nombreux étudiants, c’est important.
    Deuxièmement, le décollage d’une aile ainsi que le chaussage de la planche sont plus faciles et nécessitent moins d’énergie. De plus, si tu es fatigué tu peux demander une pause, ou bien laisser ton aile en bord de fenêtre pour récupérer. Enfin, tu as tout le temps nécessaire pour apprendre la théorie et la préparation du matériel.

D’autre part, il y a un risque (bien que minime) de se blesser à cause de la présence d’oursins, de coraux, de bateaux ou d’autres dangers sur place. En eau peu profonde, il te faut marcher. C’est impossible de revenir au point de départ lors des premiers essais. Bien que cela puisse être fatigant dans certaines situations, cela aide à avoir une meilleure perception de l’espace autour de soi.

  • En eau profonde, l’élève aura une grande liberté de mouvement, donc une plus grande possibilité de travailler l’équilibre sur la planche.
    La nage tractée te permet de sentir l’aile de façon plus énergique et de parcourir des trajets plus longs en raison du nombre réduit d’obstacles (il suffit de faire attention aux bouées).
    En outre, en eau profonde, tu ne te soucies guère de savoir où tu es, mais tu peux te concentrer davantage sur ce que tu fai

D’autre part, tout le monde n’est pas à l’aise dans le grand bleu. Le fait de rester au milieu de la mer n’est pas une perspective que tout le monde accepte.
Se mettre la planche est plus compliqué. Il existe dans ce cas une distinction importante : si l’école n’utilise pas le leash, c’est indispensable de savoir bien faire la nage tractée orientée (si tu ne la fais pas correctement, tu y passeras toute la leçon). En revanche, si l’école utilise le leash, tu auras toujours la planche attachée, mais tu seras limité dans certains mouvements. En tout cas, cela demande beaucoup d’énergie avant de comprendre la technique.
Ensuite les pauses sont nécessairement dictées par ton moniteur. En fait, le seul moyen serait de laisser la voile en bord de fenêtre et se laisser dériver. Pas très confortable car tu seras gêné par les vagues (c’est toujours une solution si tu es vraiment fatigué).
Enfin, il est difficile d’aborder, depuis un bateau, le sujet de la préparation du matériel, du décollage et de l’atterrissage. Des sujets très importantes qui sont à l’origine de la plupart des accidents.

Comment choisir l'école kite-eau profonde
Simone-Timpano-moniteur-kitesurf-décollage-espiguette

Méthode d’enseignement

La plupart des gens aiment critiquer les actions des autres, et ce n’est pas bien. Chaque moniteur a sa propre façon de penser et d’enseigner qui s’adapte plus ou moins bien selon le profil de l’élève.

Si la sécurité est respectée, et si le moniteur est moyennement compétent, le plus important est le lien établi entre l’élève et le professeur. Pour que le message passe, il faut qu’il y ait la confiance. En réalité, il y a d’excellents moniteurs qui ont des retours médiocres en raison de leurs faibles compétences relationnelles ou de leur manque d’empathie.

Dans le kitesurf la plupart des clients viennent pour apprendre, mais aussi pour s’amuser. Et cela n’est pas possible si le moniteur n’a pas envie d’être là, ou s’il fait le strict minimum. Dans ce cas-là change immédiatement (resterais-tu dans un restaurant si le serveur te traites mal ou met 2 heures à te servir ?).

Enfin, d’un point de vue technique et pédagogique, un instructeur doit faire preuve de créativité si tu te trouves dans une impasse. Il est important de définir ton objectif (réalisable) pour la leçon et de déterminer si ton moniteur a les idées claires pour t’accompagner dans ta progression.

Sécurité

Dans un sport comme le kitesurf, la sécurité est primordiale. Mais comment peux-tu vérifier les compétences du moniteur ou de l’école ?
Certaines choses sont évidentes, surtout de nos jours grâce à Internet.

Laisse-moi te poser quelques questions qui te serviront de guide :

Le matériel est-il récent ou date-t-il de l’âge de pierre ? Le bateau est-il en bon état ? Les systèmes de sécurité fonctionnent-ils correctement ? Quels sont les avis concernant l’école (même si ce n’est pas toujours facile) ?

D’autres facteurs ne peuvent être découverts que si tu essaies :

le moniteur a-t-il pris le temps de t’expliquer les règles de sécurité ? Avant de faire un exercice, t’a-t-il donné un briefing expliquant les risques potentiels et la manière de les éviter, dessinant la zone à respecter et décrivant la manière dont tu dois exécuter l’exercice ? Si tu disposes d’une radio, l’instructeur te guide-t-il pour que tu ne quittes pas la zone qu’il t’a indiquée ?
Le moniteur te fait piloter ton aile avec des dangers sous le vent : bateaux, rochers, arbres, autres kites à proximité ou sur un terrain dur, etc., si oui ce n’est pas top, à moins qu’il ne reste près de toi.

Gardez toujours à l’esprit que le kitesurf est un sport de plein air, tout n’est pas prévisible. Si tu as des préoccupations particulières il ne faut pas hésiter à en parler à ton école.

Simone-Timpano-moniteur-kitesurf-duotone-théorie
Comment choisir une école de kitesurf - sécurité

Peut-il être utile de changer d’école ?

Il est toujours intéressant de voir un fonctionnement différent, de parler à un autre moniteur, d’essayer des conditions variées.

Cependant, c’est une bonne idée de ne changer que si tu souhaites comparer un ou plusieurs des facteurs que j’ai décrits ci-dessus. Pour comprendre ce qui est le mieux pour toi.
Cela ne veut pas dire qu’il faut changer tout le temps. Essayer, c’est bien, mais il est important de pouvoir créer un lien avec ton moniteur/école et de progresser avec lui. Cela t’évitera de répéter sans cesse les mêmes exercices.

Conclusion

Je tiens à souligner que ces réflexions sont importantes mais non exhaustives.

Compléte les commentaires si tu as des idées intéressantes, ou pose des questions si tu as besoin d’approfondir des sujets plus spécifiques.

MERCI D’AVOIR LU